Contact
Email
Livre d'or
Partenariat
Annuaire gratuit Référencement
Vente en ligne
Achat tableaux peintures
Découverte
Expositions Médias Bio
Voyager
Série Afrique
Série Paysage
Frémir
Jack the Ripper
Roswell
Rire
Ali Baba
Vache folle
Techniques
Aquarelles
Encres
Mythes
Vénus
Saint georges
Séries
Restaurants
Rats
peinture

Otto Dix

Biographie Otto Dix




Otto Dix
Otto Dix (à droite) - Deutsches Bundesarchiv - Photo Zimontkowski

"La peinture n’est pas un soulagement. La raison pour laquelle je peins est le désir de créer. Je dois le faire ! J’ai vu ça, je peux encore m’en souvenir, je dois le peindre." Otto Dix.

L'artiste peintre allemand Otto Dix (Wilhelm Heinrich Otto Dix), naît le 2 décembre 1891 à Untermhaus près de Gera. C’est le deuxième fils de Ernst Franz Dix, fondeur, et de Pauline Louise Dix, couturière. Il décède 25 juillet 1969 d’une congestion cérébrale à l’hôpital de Singen.

Au cours de son enfance, Otto Dix séjourne souvent à Naumburg, chez le peintre Fritz Amann.

De 1897 à 1906, il fréquente l’école primaire de Untermhaus, où il est encouragé par son professeur de dessin, Ernst Schunke. De 1906 à 1910, il suit un apprentissage de peintre-décorateur à Gera, chez Carl Senff et prend des leçons de dessin le soir, à l’école de Untermhaus.

Otto Dix entre à l'école des Arts décoratifs de Dresde en 1910, auprès des professeurs Richard Mebert, Paul Naumann et Richard Guhr. En 1911, il lit les oeuvres de Friedrich Nietzsche : Fröhliche Wissenschaft (Gai savoir), Zarathustra, Menschliches-Allzumenschliches (Humain-trop humain). En 1914, il modèlera le buste du philosophe. Otto Dix découvre Van Gogh à la galerie Arnold en 1912, les futuristes italiens en 1913 lors de l'exposition "Les futuristes italiens de la galerie Sturm" et les expressionnistes allemands en 1914 lors de l'exposition "La nouvelle peinture. Exposition expressionniste" à la galerie Arnold.

Lors de la première guerre mondiale, après avoir été formé comme mitrailleur à Bautzen, Otto Dix est envoyé au front, en France, en Flandre, puis en Russie et de nouveau en France. Il envoie alors des dessins, très modernes, sur la guerre et en 1916, il participe pour la première fois à une exposition officielle organisée par la galerie Arnold à Dresde intitulée "Deuxième exposition des artistes de Dresde appelés au front", présentant 16 dessins de guerre, envoyés dans des lettres adressées à Helene Jakob.

Otto Dix
Otto Dix

Dans ses oeuvres, Otto Dix ne fait preuve d'aucun respect pour les combattants, ses anciens camarades. Loin d'exalter l'héroïsme, il dénonce la sauvagerie destructrice. L'artiste ne cesse de témoigner des effets de la guerre sur l'homme, la nature et le patrimoine.

En 1919, le conflit terminé, Otto Dix s'inscrit à l'académie des Beaux-Arts de Dresde où il est l’élève des peintres Max Feldbauer et Otto Gussmann. Le 29 janvier, il participe à la fondation du groupe "Sécession de Dresde – Groupe 19" avec Conrad Felixmüller et Lasar Segall. La première exposition du groupe se tient à Dresde en avril 1919, à la galerie Emil Richter. En 1920, il peint "Erinnerung an die Spiegelsäle von Brüssel". Il participe à la première foire internationale Dada à la galerie Dr. Otto Burchard à Berlin et à une "Dadaistische Soirée" à Dresde. En 1921, poussé par Conrad Felixmüller, Otto Dix s’initie à la gravure et à la lithographie. Il établit un premier contact avec le groupe Junges Rheinland (Jeune Rhénanie) à Düsseldorf, fondé en 1919 par les peintres Gert Wollheim et Otto Pankok.

En 1922, après un séjour à Hambourg, il se rend à Düsseldorf, invité par Johanna Ey. Il participe à la première exposition internationale de Düsseldorf au grand magasin Tietz. Il s’installe à Düsseldorf, où il suit les cours de Heinrich Nauen et de Wilhelm Herberholz à l’Académie, fréquentant le milieu des artistes de la galerie Johanna Ey et du groupe Junges Rheinland. À Berlin, un procès lui est intenté, à la suite de la présentation du tableau "Mädchen im Spiegel" (1921), représentant une vieille prostituée. Après les interventions des peintres Carl Hofer et Lovis Corinth, il est acquitté.



Un nouveau procès lui est fait à Darmstadt en 1923, lorsqu’il expose "Salon II". Otto Dix est de nouveau acquitté. Otto Dix se marie avec Martha Koch. De cette union naît une fille : Nelly. En 1924, il voyage en Italie (Florence, Rome, Naples, Sicile). Il fait paraître le portfolio de gravures Kriegsmappe (La Guerre) chez Karl Nierendorf, galeriste et éditeur à Cologne et Berlin. Nierendorf est son marchand de 1922 à 1927, puis de 1932 à 1936.

En 1925, suivant la suggestion de Nierendorf, il s’installe à Berlin, se lie avec le peintre Georg Grosz et l’acteur Heinrich George. Il peint une suite de grands portraits représentatifs de la Nouvelle Objectivité : la danseuse Anita Berber, le poète Iwar von Lücken, le marchand Alfred Flechtheim et la journaliste Sylvia von Harden. Il participe à l’exposition "Nouvelle Objectivité" à la Kunsthalle Mannheim, organisée par Gustav F. Hartlaub.

En 1926, sa première exposition personnelle a lieu à la galerie Neumann-Nierendorf à Berlin, puis à la galerie Thannhäuser à Munich. Il prend part aux expositions "Internationale Kunstausstellung Dresden" et "Grosse Aquarellausstellung" au palais des Expositions à Dresde. La Nationalgalerie de Berlin achète le Portrait du philosophe Max Scheler de 1926.

Otto Dix
Timbre postal de 1991 d'après "Bildnis der Tänzerin Anita Berber" (1925) par Otto Dix, Kunstmuseum Suttgart.

En 1927, naît Ursus, son premier fils. La même année, Otto Dix est nommé professeur à l'Académie des beaux-arts de Dresde. Il devient l’ami du collectionneur Fritz Bienert, qui sera d’un grand soutien pour lui après 1933. Il participe à l’exposition "Art européen contemporain" au sein de la Société d’amis des arts de Hambourg.

Son second fils, Jan, naît en 1928. Otto Dix expose des tableaux à la "16. Biennale" à Venise, puis à l’Exposition internationale d’art moderne à New York. En 1929, à Paris, il participe à l’"Exposition des peintres-graveurs allemands contemporains" à la Bibliothèque nationale. De 1928 à 1932 il exécute le triptyque Der Krieg (La Guerre).

En 1930, Otto Dix voyage à Paris et à Vienne. En 1931, il est nommé membre de l'Académie prussienne des arts à Berlin. En 1932, il réalise pour l’Hygienemuseum de Dresde une peinture murale qui sera détruite en 1934.

En 1933, il est destitué de son poste de professeur par le Reichskommisar Killinger et est exclu de l’Académie prussienne des arts. Ses oeuvres Schützengraben (Tranchée) et Kriegskrüppel (Invalides de guerre) sont exhibées lors de l’exposition "Spiegelbilder des Verfalls" (Reflets de la décadence) à l’hôtel de ville de Dresde, manifestation prémonitoire de l’exposition "Entartete Kunst" (Art dégénéré) en 1937 à Munich. Il quitte Dresde et s’installe avec sa famille au château de Randegg, au bord du lac de Constance chez le Dr Hans Koch, le premier mari de sa femme, devenu son beau-frère en épousant la soeur de sa femme.

En 1935, la galerie Nierendorf à Berlin organise l’exposition "Deux peintres allemands" avec Otto Dix et Franz Lenk. En 1936, il s’installe dans une maison qu’il a fait construire à Hemmenhofen, au bord du lac de Constance. En 1937, huit peintures de Dix sont désignées à l’opprobre public dans l’exposition "Entartete Kunst" à Munich – au total 260 de ses oeuvres sont retirées des musées allemands. Otto Dix participe en 1938 à une exposition à la galerie Wolfsberg de Zurich. Il reconnaît Katharina, fille de Käthe König, à Dresde.

En 1945, à l'âge de 54 ans, il est mobilisé dans le Volkssturm (troupe territoriale) et fait prisonnier. Il passe sa captivité à Colmar.

En 1946, Otto Dix revient à Hemmenhofen. Il participe à la première grande exposition de l’après-guerre dans la halle de la Ville de Dresde. Il commence des visites régulières à Dresde en 1947, où il dessine des lithographies dans l’atelier d’Alfred et Roland Ehrhardt.

Otto Dix
Otto-Dix-Haus und St. Marienkirche in Gera-Untermhaus. photo Zacke82

En 1955, Otto Dix participe à l’exposition "Dokumenta" de Kassel. Il est nommé membre de l’Académie des arts à Berlin-Ouest. Il devient membre correspondant de l'Académie allemande des arts à Berlin-Est en 1956.

Otto Dix a une première attaque en 1967 et reste paralysé de la main gauche. En 1968, le triptyque Der Krieg (La Guerre) est acheté par les Collections nationales d’art de Dresde. Otto Dix fait don d’un ensemble de dessins au cabinet des Estampes de Dresde en 1969. Le 25 juillet, Otto Dix succombe à une deuxième congestion cérébrale.

En 1972 se déroule l'exposition "Otto Dix – peintures, aquarelles, gouaches, dessins et gravures du cycle de La Guerre" au Musée d’Art Moderne de la Ville de Paris.

En 1991, lors du centenaire de sa naissance, de grandes expositions rétrospectives de son oeuvre sont organisées à Dresde, à Stuttgart et à Londres.

"Le tableau [Der Krieg (La Guerre) NDLR] a été réalisé dix ans après la première guerre mondiale. J’avais, durant ces années, effectué de nombreuses études afin de réaliser ensuite un tableau traitant de cet événement. En 1928, je me suis senti prêt à aborder ce grand sujet dont l’exécution me préoccupa durant plusieurs années. A cette époque d’ailleurs, durant la République de Weimar, de nombreux livres prônaient à nouveau librement l’héroïsme et une conception du héros qui avaient été poussés à l’absurde dans les tranchées de la première guerre. Les gens commençaient à oublier déjà ce que la guerre avait apporté de souffrances atroces. C’est de cette situation-là qu’est né le triptyque." Otto Dix



Citations




"Lorsque je dis à quelqu'un que j'aimerais le peindre, j'ai déjà en moi son portrait. La personne qui ne m'intéresse pas, je ne la peins pas."

"Il me fallait cette expérience : comment quelqu’un situé juste à côté de moi pouvait tomber tout à coup et disparaître. Il me fallait l’expérimenter dans les moindres détails. Je le désirais. Je ne suis pas un pacifiste ou le suis-je ? Juste quelqu’un qui se pose des questions. Je voulais tout voir de mes yeux. Je suis un réaliste qui doit voir par lui-même pour avoir confirmation que cela se passe comme cela. Je dois expérimenter tous les abysses de la vie : c’est pour cela que je me suis engagé comme volontaire."

"Les trous d’obus dans les villages expriment une rage élémentaire. Tout ce qui est à proximité semble subir la dynamique de ces trous symétriques et formidables. Ce sont les orbites de la terre ; autour d’eux tournoient des lignes follement douloureuses, fantastiques. Ce ne sont plus des maisons, nul ne peut prétendre. Ce sont des créatures vivantes d’un genre particulier avec leurs propres lois et modes de vie. Ce sont des trous, sans rien d’autre que des pierres ou des squelettes. Il y a là une beauté singulière et rare qui nous parle."

"J’ai bien étudié la guerre. Il faut la représenter d’une manière réaliste pour qu’elle soit comprise. L’artiste travaillera pour que les autres voient comment une chose pareille a existé. J’ai avant tout représenté les suites terrifiantes de la guerre. Je crois que personne d’autre n’a vu comme moi la réalité de cette guerre, les déchirements, les blessures, la douleur."

"C'est que la guerre est quelque chose de bestial : la faim, les poux, la boue, tous ces bruits déments. C'est que c'est tout autre chose. Tenez, avant mes premiers tableaux, j'ai eu l'impression que tout un aspect de la réalité n'avait pas encore été peint : l'aspect hideux. La guerre, c'était une chose horrible, et pourtant sublime. Il me fallait y être à tous prix. Il faut avoir vu l'homme dans cet état déchaîné pour le connaître un peu."

"... Peut-être avez-vous su qu'au cours des douze dernières années, on m'a fait continuellement des problèmes, qu'on a fouillé ma maison, que la Gestapo m'a emprisonné et que pour couronner le tout, on m'a recruté dans le Volkssturm et que j'ai été prisonnier de guerre en France durant un an. Vous savez probablement que je n'ai pu exposer tout ce temps. Mais que ces salauds considéraient mes œuvres dignes de sortir des musées et d'être vendues à l'encan en Suisse." Otto Dix à Hugo Simons. Hemmenhofen, 1946.

"Au lieu de courber l’échine et de regarder anxieusement autour de moi, j’aurais peut-être mieux fait de m’exiler. Mais émigrer n’est pas mon affaire. Voyez ce qui est advenu de Georg Grosz. Dès le début, j’ai su qu’il devrait se reconvertir. Là-bas [aux États-Unis, NDLR], il ne pouvait pas, comme en Allemagne, caricaturer les petits-bourgeois. Qu’à force de me soumettre, je me sois aussi laissé influencer intérieurement, c’est une chose certaine : mon élan était retenu – freiné. En 1939, je me suis complètement fermé. Je me réfugiais dans la campagne et je peignais et peignais. Je ne voulais rien savoir de la guerre […]. Aujourd’hui, je vois que j’ai bien fait. Fuir est toujours une erreur"



Expositions (sélection)




  • 2010 : ROUGE CABARET : le monde effroyable et beau d’Otto Dix - Musée des beaux-arts de Montréal

  • 2009 : Fauves et Expressionnistes. De Van Dongen à Otto Dix. Chefs-d’oeuvre du musée Von der Heydt - Musée Marmottan Monet, Paris

  • 2003 : Otto Dix - D'une guerre à l'autre - Centre Pompidou, Paris



    Vidéos








    Liens




  • Otto Dix - Historial de la Grande Guerre

  • The Online Otto Dix Project



  • montres molles
    peinture aquarelle
    Galerie d'art contemporain
    Peintures, sculptures et objets d'art