Contact
Email
Livre d'or
Partenariat
Annuaire gratuit Référencement
Vente en ligne
Achat tableaux peintures
Découverte
Expositions Médias Bio
Voyager
Série Afrique
Série Paysage
Frémir
Jack the Ripper
Roswell
Rire
Ali Baba
Vache folle
Techniques
Aquarelles
Encres
Mythes
Vénus
Saint georges
Séries
Restaurants
Rats
peinture

Piet Mondrian

Biographie Piet Mondrian




Piet Mondrian
Piet Mondrian

"Si nous ne pouvons nous libérer nous-mêmes, nous pouvons libérer notre vision." Piet Mondrian

L'artiste peintre néerlandais Piet Mondrian, de son vrai nom Pieter Cornelis Mondriaan, est un des pionniers de l'abstraction. Il naît le 7 mars 1872 à Amersfoort, dans une famille calviniste et décède le 1er février 1944 à New York à la suite d’une pneumonie. Il est le fils de Pieter Cornelis Mondriaan père, directeur d'école et peintre amateur et de Johanna Christina de Kok.

En avril 1880, après avoir vécu jusqu'à l'âge de huit ans à Amersfoort, le jeune Pieter arrive à Winterswijk où son père est nommé directeur de l'école primaire. En 1886, ses études s'achèvent. Désirant embrasser une carrière d'artiste, il commence alors sa formation autodidacte de peintre sous la direction de son père et de son oncle, Frits Mondriaan (1853-1932), peintre et membre des jeunes de l'école de La Haye. Par sécurité et sur la demande de sa famille, Piet Mondrian se prépare également à devenir enseignant. Le 11 décembre 1889, il passe avec succès son "Acte Tekenen L.O.", examen lui permettant d'enseigner le dessin dans les écoles primaires. Poursuivant dans cette voie, il obtient son "Acte M.O.", diplôme pour enseigner le dessin dans les écoles secondaires, le 10 septembre 1892.

Piet Mondrian prend ensuite quelques leçons avec Braet van Ueberfeldt, un artiste peintre traditionaliste de Doetinchem. A partir de l'automne 1892, il part étudier la peinture au sein de l'Académie Nationale des Beaux-Arts d'Amsterdam (Rijksacademie voor beeldende Kunsten), établissement de très haute réputation dirigé par A. Allebé. Tout en suivant cet enseignement, Piet Mondrian rejoint la société des Amis de l'Art d'Utrecht (Kunstliefde) et y présente son oeuvre dans une exposition publique pour la première fois en 1893.

Il rejoint "Arti et Amicitiae" et "St Lucas" en 1894, deux sociétés artistiques d'Amsterdam. Il expose au sein de la première en 1897 et avec la seconde en 1898. L'année 1898 voit également naître l'amitié de l'artiste avec A.P. van den Briel. L'année suivante, Piet Mondrian réalise une peinture de plafond à l'intérieur d'une maison d'Amsterdam. En 1901, Mondrian voyage en Espagne en compagnie de Simon Maris, un ami. La même année il concourt pour le Prix de Rome. En 1903, à l'âge de 31 ans, il obtient le prix Willink van Collem décerné par "Arti et Amicitiae".

Piet Mondrian commence par créer des paysages réalistes proches de ceux des peintres de l’école de La Haye. Ses deux thèmes de prédilection sont alors les arbres (Arbres sur le Gein, 1902 ou 1905, Paysage avec route bordée d'arbres, 1905-1906) et les moulins à vent (Moulin à vent, 1905-1906). Pour exécuter ses peintures de paysages, Mondrian se rend en compagnie de van den Briel dans la partie orientale du Brabant du Nord, près d'Uden, en 1903. En 1905, il retourne à Amsterdam et réalise des peintures sur les rivières Gein et Amstel. Il travaille également lors de cette période à proximité d'Oele, dans le pays de Twente (Bois près d'Oele, 1907).

En 1908, Mondrian se rend à Domburg, sur l'île de Walcheren, lieu de vacances apprécié des artistes et notamment de Jan Toorop. A la suite de la découverte de Jan Toorop et de Jan Sluyters, la peinture de Mondrian évolue vers une forme de fauvisme et de divisionnisme. Il subit également l'influence du peintre expressionniste norvégien Edvard Munch, de Vincent Van Gogh et de Seurat. Mondrian remplace alors la couleur naturelle par la couleur pure. Dès ses débuts il a un goût prononcé pour la structure linéaire et l'opposition rigoureuse de l'horizontal et du vertical.



En mai 1909, Mondrian, adepte de la théosophie, devient membre de la Société Théosophique. Il cherche à faire de sa peinture un langage universel, capable de rendre compte de réalités essentielles, situées au-delà des apparences sensibles. La même année, se déroule la première exposition rétrospective de Piet Mondrian, avec Cornelis Spoor et Jan Sluijters, au Musée municipal d’Amsterdam. Cette exposition connaît un grand succès et Mondrian devient une figure importante de la jeune peinture hollandaise. En 1909, il est nommé membre suppléant du jury de "St Lucas", puis membre titulaire l'année suivante. A l'automne 1910, il fait partie du comité fondateur du Groupe d'art moderne (Moderne Kunstkring) avec Toorop, Kickert et Sluijters. En 1911, il fait parvenir une de ses oeuvres au salon de printemps des Indépendants à Paris. Lors de la première exposition du Moderne Kunstkring à Amsterdam à l'automne 1911, Piet Mondrian est confronté pour la première fois à des oeuvres cubistes originales, notamment des peintures réalisées par Georges Braque et Pablo Picasso.

Intéressé par les nouvelles tendances artistiques, dont le cubisme, il s'installe à Paris en 1912 où il découvre Paul Cézanne. C'est à cette époque qu'il change son patronyme pour se distinguer de son oncle très réservé à l’égard de son art. Il expose alors aux Indépendants à Paris et au Moderne Kunstkring d'Amsterdam. En 1913, il expose au Deutsche Herbstsalon à Berlin. Mondrian travaille en séries et crée ses premières toiles abstraites. Se livrant aux abstractions il dépasse même l'expérience de l'abstraction pour aboutir à une juxtaposition de lignes et de couleurs sans aucun rappel de la réalité.

Mondrian
Piet Mondrian et Pétro (Nelly) van Doesburg - source : Marty Bax. Mondriaan Compleet. Alphen aan den Rijn : Atrium, 2001

En 1914, Piet Mondrian repart en Hollande au chevet de son père. La guerre qui éclate l'oblige alors à y rester pendant deux années. Pendant la guerre, il traite le motif de la mer en le ramenant à des compositions de tirets formant des signes "plus" et "moins". En 1916, il commence à mettre par écrit ses théories sur l’art. En 1917 paraît le premier numéro de la revue De Stijl, créée en 1917 à Leyde par Theo Van Doesburg, dont Mondrian est signataire.

En 1920, Piet Mondrian crée sa première composition de lignes noires perpendiculaires, enserrant dans une grille irrégulière des plans de couleurs primaires (jaune, rouge, bleu) et de non-couleur (blanc, noir, gris). Il crée pour ce nouveau langage pictural l’appellation "néoplasticisme", traduction de "Nieuwe beelding" qui signifie "nouvelle image du monde". Il en théorise les fondements dans la revue De Stijl, ainsi que dans une brochure intitulée "Le néoplasticisme", publiée à Paris où il s’est réinstallé.

Le néoplasticisme est une peinture de rapports, fondée sur le contraste de l’"extrême un" et de l’"extrême autre", qui commande, selon Piet Mondrian, l’organisation de la nature et de l’Univers en son entier, et qui se traduit en peinture par le seul contraste des couleurs fondamentales et des lignes horizontales et verticales. Le néoplasticisme ne concerne pas seulement les arts mais toutes les activités de l’homme.

En 1922 se déroule une rétrospective au musée municipal d’Amsterdam, organisée à l’occasion de son cinquantième anniversaire.

En 1925, Piet Mondrian quitte De Stijl. Il expose avec le groupe "Cercle et carré" en 1930. L'année suivante il entre au groupe "Abstraction-Création" fondé par Herbin. À partir du milieu des années 1930, Mondrian privilégie des compositions de lignes serrées, limitant le rôle de la couleur, ceci à la suite de la découverte du jazz américain auquel il applique sa théorie. Il y fait entrer la valeur positive du rythme qui auparavant était bannie de son travail.

A l'approche de la deuxième guerre mondiale, il part à Londres, puis il s'installe à New York en 1940. Durant les deux dernières années de sa vie, libéré des obsessions qui lui faisaient multiplier les lignes noires, il supprime la couleur noire de ses tableaux. La couleur revient en force dans ses compositions. Mondrian identifie totalement la couleur à la ligne, qu’il tresse en réseaux ou qu’il morcelle en petites unités vibrantes, comme dans Victory Boogie-Woogie qu’il laisse inachevé à sa mort.

"La nature est parfaite, mais l’homme n’a pas besoin, en art, de la nature parfaite." Piet Mondrian

"J’en étais venu à comprendre qu’on ne peut représenter les couleurs de la nature sur la toile." Piet Mondrian



Expositions Piet Mondrian (sélection)




  • 2010 : Mondrian - De Stijl - Centre Pompidou, Paris



    Vidéo Piet Mondrian





    Mondrian-De Stijl par centrepompidou




    Piet Mondrian : les liens




  • Piet Mondrian sur Carrés Magiques



  • montres molles
    peinture aquarelle
    Galerie d'art contemporain
    Peintures, sculptures et objets d'art