Contact
Email
Partenariat
Annuaire gratuit Référencement
Vente en ligne
Achat tableaux peintures
Découverte
Expositions Médias Bio
Voyager
Série Afrique
Série Paysage
Frémir
Jack the Ripper
Roswell
Rire
Ali Baba
Vache folle
Techniques
Aquarelles
Encres
Mythes
Vénus
Saint georges
Séries
Restaurants
Rats
peinture

Cy Twombly

Biographie Cy Twombly




Le peintre, sculpteur, dessinateur et photographe américain Cy Twombly naît à Lexington en Virginie le 25 avril 1928. Il décède le 5 juillet 2011 à Rome.

Cy Twombly
Peintures de Cy Twombly au MOMA, New York - auteur : Allie

De 14 à 18 ans, Cy Twombly suit les cours de peinture de Pierre Daura, un peintre espagnol ayant longtemps vécu en France où il était lié notamment au mouvement Cercle et Carré et venu s’installer à Lexington. Ses cours théoriques et pratiques portent essentiellement sur la période contemporaine dans l’art européen.

En 1946, après ses études au lycée de Lexington, Cy Twombly entre en classe préparatoire à la Darlington School de Rome, en Géorgie. L'année suivante, il passe l’été à Ogunquit, une colonie d’artistes dans le Maine, et à Groveland, dans le Massachusetts. A la rentrée, il s’inscrit à la Boston Museum School, dont les enseignants sont surtout influencés par l’expressionnisme allemand. Twombly est attiré par Dada, Kurt Schwitters et Chaïm Soutine. Il admire aussi Alberto Giacometti et Jean Dubuffet. En 1949, il entre à la nouvelle section artistique de la Washington and Lee University à Lexington.

En 1950, une bourse d’études lui permet de poursuivre sa formation à l’Art Students League de New York, où il a pour professeurs Will Barnett, Morris Kantor et Vaclav Vytlacil. Il fait la connaissance de Robert Rauschenberg. Il voit des oeuvres d’artistes d’avant-garde, notamment Jackson Pollock, Mark Rothko, Barnett Newman, Clyfford Still ou encore Robert Motherwell, dans différentes galeries new-yorkaises, dont celles de Betty Parsons et de Samuel Kootz. Chez Egan, Twombly découvre les peintures de Willem de Kooning et de Franz Kline.

En 1951, Cy Twombly passe l’année universitaire au Black Mountain College, en Caroline du Nord. Cette année-là, Ben Shahn et Robert Motherwell y sont artistes en résidence. En novembre, Aaron Siskind et Noah Godowsky lui organisent sa première exposition personnelle à la Seven Stairs Gallery de Chicago, avec des peintures exécutées au cours de l’été au Black Mountain College. A la fin de l’année, grâce à la recommandation de Robert Motherwell, il expose pour la première fois à New York, à la Kootz Gallery, en même temps que Brody Gandy.

En 1952, Cy Twombly descend jusqu’à Key West, en Floride, et de là, se rend à Cuba. Il travaille en Virginie pendant l’été, et revient au Black Mountain College, où séjournent Franz Kline, Robert Rauschenberg, Jack Tworkov et John Cage. A l’automne, il reçoit une bourse de voyage du Virginia Museum of Fine Arts. Il effectue la traversée jusqu’à Palerme, d’où il rejoint Rome, puis le Maroc. Au cours de l’hiver, Twombly visite Casablanca, Marrakech, la chaîne de l’Atlas et Tanger. Il va voir Paul Bowles à Tétouan et effectue avec lui des excursions dans les villages environnants. Il retourne à Rome en passant par l’Espagne.

En février 1953, il expose pour la première fois en Italie, à Rome, à la Galleria di Via della Croce. A partir du 14 mars, la Galleria d’arte contemporanea de Florence présente ses tapisseries réalisées à Tanger et à Tétouan. Il rentre aux Etats-Unis vers la fin du printemps pour travailler à New York dans l’atelier de Robert Rauschenberg, à Fulton Street, où il crée des peintures, des sculptures et des monotypes. A l’automne, il expose des dessins, des peintures et des sculptures à la Stable Gallery de New York et à Princeton. Incorporé dans l’armée, Twombly accomplit sa formation militaire à Augusta, en Géorgie, avant de rejoindre son casernement à Washington, au service du chiffre. A Augusta, il profite de ses permissions pour exécuter dans une chambre d’hôtel des dessins qu’il exposera en 1956 à la Stable Gallery.

Libéré de ses obligations militaires en août 1954, Cy Twombly s’installe à New York pour commencer à travailler à la peinture "Panorama". Il crée des sculptures en plâtre dans le sable de Staten Island. En février 1955, il accepte un poste d’un an au département d’art du Southern Seminary de Buena Vista près de sa ville natale de Lexington. Un curé passionné d’art africain l’invite à exposer ses oeuvres à côté de sculptures africaines à l’université catholique de Washington. Après les vacances, il loue un appartement à New York, dans William Street, où il peint notamment "The Greeks", "Free Wheeler" et "Academy", et exécute des sculptures.



Il expose en janvier 1956 à la Stable Gallery. En janvier 1957, se déroule sa troisième exposition personnelle à la Stable Gallery, où il présente "Panorama". Twombly quitte New York pour passer l’été en Italie. Sur le conseil du peintre Toti Scialoja, il loue une maison dans l’île de Procida au large de Naples. Il travaille ensuite dans un appartement en face du Colisée à Rome, où il peint "Olympia", "Arcadia", "Blue Room" et "Sunset". Il dessine dans la villa d’un ami à Grottaferrata, puis dans un atelier de la Via Margutta, à Rome, que l’artiste Scarpitta lui a prêté.

En 1958, Twombly travaille dans une maison vide de la Via Appia Pignatelli. Il présente sa première exposition romaine à la galerie La Tartaruga dirigée par Plinio De Martis, avec un choix de peintures. Au début du printemps 1959, il rentre aux Etats-Unis. Il épouse Luisa (Tatiana) Franchetti à New York. Dans un atelier de Lexington, il prépare dix grandes peintures pour une exposition chez Leo Castelli à New York, qui en fin de compte n’aura pas lieu. Il effectue un deuxième voyage à Cuba juste après la révolution, puis visite le Yucatán avant de retourner à Rome. Il loue un appartement pour l’été à Sperlonga, près de Gaète. Son fils Cyrus Alessandro naît à Rome le 18 décembre. Dans son appartement de la Via Belsiana, à Rome, il exécute des sculptures et peint "The Age of Alexander" pendant la nuit du réveillon du Nouvel An.

En 1960, Twombly emménage dans la Via Monserrato, où il peint "To Leonardo", "Crimes of Passion", "Odeion", "Sunset Series", "School of Fontainebleau", "Sahara" et "Herodiade". Il expose en avril à la galerie La Tartaruga. Il réalise une suite de dessins en juillet dans lîle d’Ischia, voyage en Grèce en août et se rend à Castel Gardena, dans les Dolomites, en septembre. En octobre, il a sa première exposition chez Leo Castelli, à New York.

En 1961, Twombly prend un atelier sur la Piazza del Biscione, où il va travailler pendant cinq ans. Il peint "Triumph of Galatea", "Empire of Flora" et "Bay of Naples". Il prépare la suite de cinq peintures sur le thème de Ferragosto (fête du 15 août) dans sa maison de la Via Monserrato, où il exécute également "School of Athens" et "Bay of Naples". En juin et juillet, il dessine à Mykonos les "Delian Odes". Des enfants du voisinage entrés par curiosité dans l’atelier détruisent une partie des dessins. Il rentre en Italie et passe le mois de septembre à Castel Gardena. La galerie La Tartaruga publie un important catalogue de ses oeuvres de 1954 à 1960, dont certaines sont reproduites.

En janvier-février 1962, une croisière sur le Nil le conduit jusqu’à Ouadi-Halfa, au Soudan. Il effectue une autre croisière en été, dans l’archipel du Dodécanèse et sur le littoral turc. Dans son atelier romain de la Piazza del Biscione, il peint "Birth of Venus", "Hero and Leander", "Leda and the Swan", "Hyperion (to Keats)", "Dutch Interior" et "Second Voyage to Italy".

En janvier-février 1963, Cy Twombly séjourne à Menfi, en Sicile. Il passe l’été à Sperlonga, expose à Cologne, Turin et Genève. En décembre, il peint dans son atelier romain les neuf panneaux du "Discourse on Commodus", qui évoquent les différentes étapes de la vie mentale du tyran devenu fou. En mars 1964, il expose "Discourse on Commodus" chez Leo Castelli à New York. Il passe le printemps en Grèce. En juillet-août, il exécute à Castel Gardena la suite de dessins "Notes from a Tower". Il se rend à Munich à l’automne pour préparer une exposition à la galerie Friedrich & Dahlem, dont l’un des propriétaires, Heiner Friedrich, jouera plus tard un rôle important dans la création de la Dia Art Foundation. Les peintures exposées à Munich sont regroupées sous le titre "The Artist in the Northern Climate".

En 1965, le Museum Haus Lange de Krefeld est le premier musée à exposer ses oeuvres. L’exposition ira ensuite au palais des Beaux-Arts de Bruxelles et au Stedelijk Museum d’Amsterdam. Twombly passe l’été entre Mykonos, Patmos, Samos et le littoral turc. A l’automne, il travaille dans un atelier de la 52e Rue à New York, où il exécute une suite de dessins. En 1966, après un bref séjour à Lexington, il revient à New York pour exposer ses dessins récents chez Leo Castelli. Il retourne à Rome au printemps. Il commence la série des "peintures grises" dont l’iconographie se prolongera dans ses oeuvres des années suivantes. Il passe l’été à Castel Gardena et dans l’île d’Ischia, puis revient à New York pour travailler dans son atelier de la 52e Rue.

En janvier 1967, Cy Twombly travaille à une deuxième série de "peintures grises" dans le loft new-yorkais de David Whitney au 11, Canal Street. Il expose à la Galleria Notizie de Turin la première série de "peintures grises" réalisée l’année précédente à Rome. Il retourne en Italie pour l’été. En octobre, il présente la deuxième série de "peintures grises" chez Leo Castelli à New York. Il travaille à New York et à Lexington, et exécute une suite d’eaux-fortes chez Tania Grossmann, à Long Island, avant de prendre le bateau pour l’Italie à la fin novembre.

En janvier 1968, Twombly expose pour la première fois dans un musée américain, le Milwaukee Art Center, un large choix d’oeuvres échelonnées sur une période de plus de dix ans. A New York, il loue un atelier au 356, Bowery Street, qu’il va garder plusieurs années. C’est là qu’il peint la "Trilogie d’Orion", ainsi que "Synopsis of a Battle", "Veil of Orpheus" et "Treatise of the Veil". Il passe le mois d’août à Castel Gardena, avant de revenir travailler à l’atelier de Bowery Street. En novembre, il séjourne quelque temps chez Rauschenberg à Captiva Island, en Floride, où il exécute des collages avec des motifs empruntés à des dessins de Léonard de Vinci sur les thèmes de l’anatomie, de la météorologie et des draperies. En décembre, il expose la deuxième série de "peintures grises" chez Nicholas Wilder, à Los Angeles. Il descend jusqu’au Mexique en longeant le Pacifique, visite plusieurs sites et séjourne dans le petit village de Yalapa en pleine jungle côtière.

En 1969, il repart du Mexique pour New York, avant d’aller à Saint-Martin, aux Antilles, où il passe une partie de janvier et le mois de février à Grand-Case. Il exécute une suite de dessins qui serviront de point de départ pour les peintures de la série Bolsena, exécutées au cours de l’été, dans un appartement du Palazzo del Drago sur la rive du lac de Bolsena. En 1970, il travaille à son atelier de Bowery Street, se rend à Lexington et passe le mois de mars à Captiva Island. Il voyage en Irlande au cours de l’été, avant de rentrer à Rome, dans la Via Monserrato, où il peint la deuxième version du "Treatise of the Veil". Gabriele Stocchi publie "Cy Twombly. Grey Paintings 1967-1970" chez Addenda Editore.

En février 1971, il expose ses oeuvres récentes à la galerie Gian Enzo Sperone de Turin. Il présente des tableaux et des gouaches chez Yvon Lambert à Paris. Il passe l’été à la Villa Orlando, à Anacapri, où il réalise des dessins et des collages. Au début de l’automne, il travaille à Rome sur la suite de cinq toiles de la série "Nini" inspirée par la mort tragique de Nini Pirandello, la femme du premier galeriste romain à l’avoir soutenu, Plinio De Martis. Il revient à New York en novembre et passe le reste de l’année à Captiva Island, où il exécute une suite de lithographies pour Untitled Press.

En janvier 1972, Twombly expose trois grandes peintures sans titre chez Leo Castelli. De retour à Rome au printemps, il commence une grande toile intitulé "Anatomy of Melancholy", par une allusion au livre de l’écrivain anglais Robert Burton (1577-1640). Il terminera cette peinture vingt-deux ans plus tard, à Lexington, et changera le titre en "Say Goodbye Catullus to the Shores of Asia Minor". Il passe l’été à Capri et l’hiver à Captiva Island, où il dessine.

Une rétrospective organisée en avril 1973 à la Kunsthalle de Berne ira ensuite à la Städtische Galerie im Lenbachhaus de Munich. Une grande exposition de dessins est présentée en même temps au Kunstmuseum de Bâle. Au cours de l’été, à Castel Gardena, il réalise la suite de dessins "24 Short Pieces". Il voyage en Inde à l’automne. En février 1974, Twombly séjourne à Captiva Island. Il expose dans des galeries à Munich, Turin, Paris et Naples. Il prépare le recueil d’estampes "Natural History - Part I".

Twombly passe l’hiver 1975 à Captiva Island. Il achète une maison du XVe siècle à Bassano in Teverina, près de Bomarzo, et se lance dans des travaux de restauration qui vont durer trois ans. Il y aménage un atelier où il viendra travailler tous les étés. En mars, il présente un choix représentatif de peintures, dessins et sculptures à l’Institute of Contemporary Art de Philadelphie. L’exposition ira ensuite au San Francisco Museum of Modern Art. Après un voyage en Tunisie d’où il rentre vers la fin mai, il réalise à Rome les deux grands collages "Mars and the Artist" et "Apollo and the Artist".

Au cours de l’hiver 1976, Cy Twombly travaille dans les mansardes de l’hôtel Excelsior à Naples pour préparer une exposition chez Lucio Amelio. Il part pour Captiva Island fin février. Il expose un choix de dessins de 1954 à 1976 à l’ARC-Musée d’art moderne de la Ville de Paris. En septembre, il présente chez Leo Castelli des aquarelles exécutées en mai à New York. A Rome, la galerie Gian Enzo Sperone réunit un ensemble d’oeuvres sur papier de grand format, dont "Leda and the Swan", "Idilli" et "Narcissus". Il réalise les suites d’estampes "Natural History - Part II : Some Trees of Italy". Il se remet également à la sculpture.

Durant l’été 1977, à Bassano, Twombly peint le grand triptyque "Thyrsis". La traduction de "l’Iliade" établie par Alexander Pope lui inspire la suite de dix tableaux "Fifthy Days at Iliam". Il termine pendant l’été 1978 à Bassano les "Fifthy Days at Iliam", qu’il exposera en novembre à la Heiner Friedrich Lone Star Foundation de New York. Il peint "Goethe in Italy" au cours du même été. A l’automne, Heiner Bastian publie chez Propyläen Verlag la première monographie consacrée à ses peintures.

En 1979, sa première exposition de sculptures réunit onze oeuvres des années précédentes chez Lucio Amelio à Naples. Une rétrospective des oeuvres réalisées de 1954 à 1977 est présentée à partir du mois d’avril au Whitney Museum of American Art de New York. Roland Barthes a préfacé le catalogue. Yvon Lambert publie le premier volume du catalogue raisonné de ses dessins (T. VI) avec un texte de Barthes. En mai, Cy Twombly se rend à Paris où il rencontre Barthes. Il travaille à Bassano en juin-juillet. A l’automne, il voyage en Russie et en Afghanistan. Il passe les mois de décembre et janvier aux Saintes, dans les Antilles, où il travaille à l’aquarelle.

En 1980, Cy Twombly participe à la Biennale de Venise avec la suite de dessins "5 Days Wait at Jiayuguan", exécutée à Rome au cours du printemps, qui fait l’objet d’une monographie rédigée par Gabriele Stocchi. Durant l’été, il exécute un ensemble de sculptures.

En 1981, il dessine et sculpte dans un atelier loué vers la fin du printemps à Formia, sur le golfe de Gaète. Au cours de l’été, à Bassano, il prépare une exposition d’oeuvres sur papier programmée l’année suivante à la Sperone Westwater Fischer Gallery de New York. Le Museum Haus Lange de Krefeld est le premier musée à organiser une exposition de ses sculptures, réunissant 23 oeuvres de 1958 à 1981. Marianne Stockebrand rédige un texte pour le catalogue. A l’automne, il présente au Harbor Art Museum de Newport Beach un ensemble d’oeuvres sur papier réalisées entre 1954 et 1976, qui seront exposées ensuite au Elvehjem Museum of Art de Madison, puis au Virginia Museum of Fine Arts de Richmond et enfin à l’Art Gallery of Ontario, à Toronto. Il se rend à Samos en septembre. En novembre, il peint à Rome la grande trilogie de "Bacchus".

En février 1982, Twombly dessine à Key West, puis séjourne à New York et à Lexington, où il exécute la suite de gouaches "Notes from Silver Wood". De retour en Italie en 1983, il travaille à Gaète en mars. En juin, il voyage au Yémen avec son fils Alessandro. En août, il réalise à Bassano la suite de dessins "Anabasis".

Durant l’hiver 1984, il exécute à Key West la suite de dessins "Proteus". Il expose des oeuvres sur papier à partir du mois de mai au capc Musée d’art contemporain de Bordeaux. Au cours de l’été à Bassano, il peint le triptyque "Hero and Leander". En septembre, il expose un large choix de peintures et dessins à la Kunsthalle de Baden-Baden. Le gouvernement du Bade-Wurtemberg lui décerne son prix international d’arts plastiques. En octobre, il présente des sculptures à la galerie Sperone à Rome.

Cy Twombly passe l’hiver 1985 en Egypte, principalement à Louxor, et le reste de l’année à Gaète, où il travaille à ses sculptures dans une maison prêtée par un ami. Il passe le printemps 1986 à Gaète et l’été à Bassano, où il réalise la deuxième version de "Hero and Leander (to Christopher Marlowe)" et "Analysis of the Rose as Sentimental Despair". Il conçoit et supervise la réalisation d’un rideau de scène de l’Opéra Bastille à Paris. En août, il exécute une suite de quatre tableaux sans titre. Il passe l’automne et l’hiver à Gaète, où il fait restaurer une maison qu’il agrémente d’un jardin de citronniers agencé en "salles".

En 1987 se déroule une grande rétrospective organisée par Harald Szeeman au Kunsthaus de Zurich, réunissant des peintures, des sculptures et des dessins. L’exposition ira ensuite aux palacio de Velázquez et palacio de Cristal de Madrid, à la Whitechapel Art Gallery de Londres, à la Städtische Kunsthalle de Dusseldorf et au Centre Georges Pompidou. Twombly travaille tout l’été à Bassano. Il expose au Städtisches Kunstmuseum de Bonn des oeuvres sur papier qui seront montrées ensuite à la Fundació Caixa de pensions de Barcelone. Il est élu à l’American Academy and Institute of Arts and Letters de New York. Il reçoit le prix Rubens décerné par la ville de Siegen, en Westphalie. Il passe l’automne et l’hiver à Gaète.

Au printemps 1988, il réalise à Gaète les deux grandes peintures sur papier "Venere Sopra Gaeta", qu’il expose chez Lucio Amelio à Naples. L’une de ces oeuvres est conservée aujourd’hui à l’état de fragments. Il travaille à Gaète, puis à Rome, sur les sculptures et les neuf "peintures vertes" qui seront exposées ensemble à la Biennale de Venise. Il est élevé au rang de chevalier de l’ordre des Arts et des Lettres à Paris. Il passe l’automne aux Etats-Unis et l’hiver à Gaète.

En février 1989, Cy Twombly expose des peintures et des sculptures de jeunesse, datant de 1951-1953, à la Sperone Westwater Gallery de New York. A partir de septembre, il présente un ensemble important de peintures, dessins et sculptures à la Menil Collection de Houston. L’exposition ira ensuite au Des Moines Art Center. Le Philadelphia Museum of Art achète les dix peintures de la suite "Fifthy Days at Iliam", et leur réserve une salle entière. Il passe le mois d’octobre aux Seychelles. En décembre, il présente ses huit peintures de Bolsena à la Gagosian Gallery de New York. Il voyage à Istanbul pendant cette période.

Cy Twombly séjourne aux Seychelles en janvier-février 1990, d’abord à La Digue, puis dans l’île d’Arros, où il dessine. Au printemps, il réalise une autre série de dessins à Gaète. Tous ces dessins, exposés avec un choix de sculptures chez Thomas Ammann Fine Art, à Zurich, au cours de l’été, seront publiés par Thomas Ammann sous le titre "Souvenirs of Arros and Gaeta", en 1992. En mars, Twombly se rend à Zurich, Paris et Madrid. En avril, il reçoit la médaille de peinture décernée par la Skowhegan School of Painting and Sculpture. A Gaète, il peint plusieurs oeuvres intitulées "Summer Madness", qu’il termine en août à Bassano. Il passe le mois de décembre à Sorrente.

En 1991, Twombly exécute à Gaète plusieurs sculptures, dont "Thermopylae", qu’il exposera à l’automne à la galerie Pièce unique, à Paris. Entre-temps, il refait l’itinéraire de Byron en Grèce jusqu’en Epire, puis se rend à Syros. En juillet, il commence les deux cycles des "Quattro Stagioni" à Bassano. Yvon Lambert publie le deuxième volume (T. VII ; 1977-1982) du catalogue raisonné de ses dessins avec un texte de Philippe Sollers. Twombly sculpte à Gaète pendant l’automne. Le Kunsthaus de Zurich réserve une salle à la présentation de dix de ses sculptures dans la collection permanente.

Cy Twombly passe l’hiver 1992 en Floride, à Jupiter Island, où il exécute un ensemble de sculptures. Durant l’été à Gaète, il peint un triptyque sur le thème de la mer et des bateaux, lequel reviendra constamment dans ses oeuvres. Heiner Bastian publie à l’automne le premier volume du catalogue raisonné de ses peintures. Les autres paraîtront au cours des années suivantes. Twombly passe le début de l’hiver 1993 à Jupiter Island. Au printemps, la nostalgie le ramène dans sa ville natale de Lexington où il achète une maison. Durant l’été à Gaète, il achève "Autunno" et "Inverno" du premier cycle des "Quattro Stagioni". Il est nommé docteur honoris causa de la Washington and Lee University à Lexington.

En 1994, il passe l’hiver à Lexington, puis le printemps et l’été à Gaète, où il termine le premier cycle des "Quattro Stagioni" et exécute quelques sculptures. De retour à Lexington à l’automne, il loue un entrepôt pour achever la grande peinture commencée à Rome vingt-deux ans auparavant, "Say Goodbye Catullus to the Shores of Asia Minor". A partir de fin septembre, le Museum of Modern Art de New York présente une importante rétrospective de ses peintures, dessins et sculptures organisée par Kirk Varnedoe. L’exposition ira ensuite à la Menil Collection de Houston et à Los Angeles, puis à la Neue Nationalgalerie de Berlin. En parallèle, il expose son triptyque de Catulle à la Gagosian Gallery de New York, avant de le montrer l’année suivante au Museum of Fine Arts de Houston. Après son retour en Italie, il se rend en novembre à Munich, Berlin, Prague et Paris.

En février, 1995 Twombly assiste au vernissage de sa rétrospective à Houston, où est inaugurée également la Cy Twombly Gallery, musée fondé par Dominique de Ménil avec la participation active de Philippa et Heiner Friedrich, et placé sous la direction de Paul Winkler. Renzo Piano l’a construit d’après des plans de l’artiste lui-même, et en collaboration étroite avec lui. Ce musée abrite une collection permanente de peintures, sculptures et oeuvres sur papier de toutes les périodes depuis 1954. Twombly passe le printemps à Lexington et l’été à Gaète, où il exécute le deuxième cycle des" Quattro Stagioni". Il se rend à Berlin en août, puis à Saint-Pétersbourg.

Cy Twombly passe l’hiver 1996 à Lexington. Il se rend à Paris en juin, et retourne à Gaète où il réalise des sculptures et trois suites de monotypes qu’il expose à l’automne à New York, au Whitney Museum of American Art. Il se rend au Japon en octobre, pour recevoir le Premium Imperiale décerné par la Japan Art Association. Il retourne à Lexington, et séjourne à Saint-Barthélemy, aux Antilles.

A l’automne 1997, Twombly expose dix bronzes à la Gagosian Gallery de New York. Nicola Del Roscio publie le catalogue raisonné de ses sculptures. Il passe l’hiver 1998 à Lexington, où il se consacre à la sculpture. En 1999, il expose huit sculptures à l’American Academy à Rome. En mai, il voyage en Iran où il visite Ispahan. Il peint à Gaète la trilogie des "Studies on Turner" pour un projet à la National Gallery de Londres. En août, il sculpte à Bassano. Il passe l’automne et l’hiver à Lexington.

En mars 2000, Cy Twombly rentre à Rome en passant par Bâle, où une rétrospective comprenant soixante six sculptures réalisées de 1948 à 1998 s’ouvre au Kunstmuseum en avril. Cette exposition, organisée par Katharina Schmidt en collaboration avec Paul Winkler, sera présentée ensuite à la Menil Collection de Houston. Pendant l’hiver 2001 et le printemps, à Lexington, Twombly réalise des sculptures, des photographies et les peintures de "Lepanto" qui sont exposées ensuite à la Biennale de Venise, où il se voit décerner le Lion d’or. Il se rend en Espagne pour recevoir le prix González à Valence. Il sculpte durant l’été et l’automne à Gaète.

Cy Twombly passe l’hiver 2002 à Gaète et le printemps à Lexington. Il se consacre surtout à la photographie et à la sculpture. Il réalise des peintures et des sculptures au cours de l’été, à Gaète. Il séjourne à Saint-Barthélemy pendant l’hiver 2003. Il retourne à Lexington au printemps pour travailler à la suite de peintures "A Gathering of Time", qu’il va exposer avant la fin de l’année à la Gagosian Gallery. Il sculpte à Gaète pendant l’été et l’automne. Le musée de l’Ermitage à Saint-Pétersbourg présente une exposition rétrospective de ses dessins, qui sera ensuite montrée à la Pinakothek der Moderne de Munich, au Centre Pompidou à Paris et à la Serpentine Gallery de Londres. Le 16 janvier 2004, Cy Twombly est nommé Chevalier de l’ordre des Arts et des Lettres.

La richesse expressive de Cy Twombly réside dans un langage métaphorique plein de symboles qui s’inspire de thèmes mythologiques, de l’écoulement du temps et de lieux chargés de sens pour l’artiste. L’histoire, la poésie, la mythologie classique et le paysage méditerranéen, telles sont quelques-unes des sources où s’abreuve l’artiste et nombre de ses titres reflètent d’ailleurs ces inspirations.

L'oeuvre de Cy Twombly est remarquable à cette graphie singulière, spontanée, colorée, presque primitive, qui scande sur la toile les noms des héros mythologiques et des vers de Sappho, Keats, Mallarmé ou encore Valéry. Ce trait fin et élancé, qui gribouille plus qu’il n’écrit, a souvent été apparenté au graffiti. Progressivement, il a perdu de sa neutralité, sans doute également de son autonomie, pour rythmer de grandes compositions abstraites dédiées à la nature, aux saisons ou aux fleurs. L’écriture s’extrapole peu à peu en un motif simple, presque enfantin, en une boucle infinie qui parcourt toute la toile y compris son hors-champ. Cy Twombly est le peintre de la méditerranée, puisant dans ses coloris chauds et dans son patrimoine.



Expositions Cy Twombly (sélection)




  • 2016 : Cy Twombly - Centre Pompidou, Paris

  • 2012 : Cy Twombly - Photographs 1951-2010 - BOZAR, Palais des Beaux Arts de Bruxelles

  • 2011 : Le temps retrouvé - Cy Twombly photographe et artistes invités - Collection Lambert en Avignon et Chapelle du Méjan, Arles

  • 2010 : Cy Twombly, "Camino Real" - Gagosian Gallery Paris

  • 2010 : Cy Twombly, "The Ceiling" - Musée du Louvre, Paris



    Citation Cy Twombly




    "C'est une chose enfantine que de peindre. Je veux dire avec la main. Je commence par utiliser une brosse, mais très vite, je ne peux pas continuer parce que l'idée se fige, c'est trop long. Je suis obligé de revenir en arrière, et ce faisant, je perds l'idée en cours. Alors, j'utilise ma main. Ou ces bâtons de peinture qui se révèlent formidables à l'usage. C'est instinctif, dans un certain genre de peinture... pas du tout comme si vous étiez en train de peindre un objet ou des choses précises. C'est plutôt comme de traverser le système nerveux. C'est comme un système nerveux. Ce n'est pas décrit, c'est en train de se dérouler. Le sentiment vient en même temps que l'oeuvre. Je pars d'un sentiment, de quelque chose de doux, de rêveur, de dur, d'aride, quelque chose de solitaire, quelque chose qui se termine, quelque chose qui commence. J'en fais l'expérience, et j'ai besoin d'être dans cette action de continuer, d'avancer. Je ne sais comment décrire cet état... Pollock, quand vous le voyiez travailler, pour moi, c'est l'un des plus grands peintres américains, c'est très lyrique. Ou Gorki, qui était très passionné et pouvait prendre un dessin et le copier exactement sur la peinture. Mirô aussi, pouvait traduire ses dessins en peintures. Il y a un certain maniérisme chez eux, que je n'ai pas. Je ne pense pas à la composition, ni à la couleur, je cherche juste à progresser. Cela ressemble plus à faire une expérience qu'à un tableau." Cy Twombly



    Vidéo Cy Twombly








  • montres molles
    peinture aquarelle
    Galerie d'art contemporain
    Peintures, sculptures et objets d'art