Contact
Email
Livre d'or
Partenariat
Annuaire gratuit Référencement
Vente en ligne
Achat tableaux peintures
Découverte
Expositions Médias Bio
Voyager
Série Afrique
Série Paysage
Frémir
Jack the Ripper
Roswell
Rire
Ali Baba
Vache folle
Techniques
Aquarelles
Encres
Mythes
Vénus
Saint georges
Séries
Restaurants
Rats
peinture

Dans l'intimité des frères Caillebotte

Musée Jacquemart-André, Paris

Exposition du 25/03/2011 au 11/07/2011




Le Musée Jacquemart-André présente l'exposition "Dans l'intimité des frères Caillebotte" du 25/03/2011 au 11/07/2011.

caillebotte peinture
Gustave Caillebotte, "Un Balcon", 1880, huile sur toile, 69 x 62 cm, collection particulière - Courtesy Comité Caillebotte, Paris

En pleine explosion du courant impressionniste et de la photographie, cette exposition évoque l’univers artistique et intime des frères Caillebotte. Grâce à des prêts exceptionnels de collections privés, les tableaux de Gustave sont confrontés pour la première fois aux photographies de Martial. Photographies et peintures témoignent ainsi du lien qui unissait les deux frères à travers des vues du Paris haussmannien, des jardins et des paysages des bords de Seine ou encore des portraits de la famille Caillebotte. Cette exposition événement permet de rentrer dans l’intimité d’une grande famille de mécènes et d’artistes de la fin du XIXe siècle. La mise en regard des toiles de Gustave et des photographies de Martial offre une lecture inédite des relations entre les deux frères.

La renommée de Gustave Caillebotte, connu pour son talent de peintre et son rôle de mécène auprès de ses amis impressionnistes, est établie. On sait également qu’une grande affection le liait à son frère Martial. Mais la personnalité de ce dernier, compositeur, pianiste et photographe, restait encore à découvrir.

Récemment étudié, le fonds photographique de Martial témoigne d’une grande sensibilité pour des thèmes représentés dans les toiles de Gustave : les vues de Paris, les voiliers, les jardins ou les bords de l’eau. Cette découverte offre au Musée Jacquemart-André l’opportunité de faire ce qu’aucun musée n’avait encore proposé : confronter directement les photographies de Martial aux œuvres de Gustave.

Grâce à des prêts exceptionnels de collections privées et publiques, l’exposition dévoile les affinités profondes qui unissaient les frères Caillebotte, en faisant dialoguer pour la première fois plus de 35 toiles et près de 150 tirages modernes. Ces tirages ont été réalisés à partir des originaux de Martial détenus par les descendants de la famille Caillebotte. Certains des tableaux, conservés dans des collections privées, n’ont jamais été présentés au public.

Gustave (1848-1894) et Martial (1853-1910) sont, avec leur frère René (1851-1876), les enfants de Martial Caillebotte et Céleste Daufresne. Né d’un précédent mariage, leur demi-frère Alfred Caillebotte (1834-1896) est ordonné prêtre en 1858. Entrepreneur du service des lits militaires, Martial Caillebotte père laisse à sa mort, en 1874, une importante fortune à ses fils. Gustave s’adonne dès lors à la peinture, tandis que Martial se consacre à la musique. Il compose ainsi de nombreuses pièces pour piano (Airs de ballets, 1887) et de la musique religieuse, avant de découvrir la photographie.



Marqués par le décès de leur frère René en 1876 et celui de leur mère en 1878, Gustave et Martial resteront toujours très proches. Les deux frères habitent ensemble et fréquentent le même cercle d’artistes jusqu’au mariage de Martial en 1887. De ce mariage vont naître deux enfants, Jean en 1888 et Geneviève en 1889. Gustave, quant à lui, reste célibataire. Lorsque ce dernier meurt en 1894, c’est Martial qui, avec Renoir, prend les dispositions nécessaires pour que l’État accepte le legs des tableaux impressionnistes que possédait son frère.

Gustave et Martial Caillebotte partagent de nombreuses passions. Avec leur collection de timbres, ils deviennent des philatélistes de premier plan. Quand Gustave s’intéresse à l’horticulture, Martial le photographie à l’œuvre dans le jardin ou dans la serre. C’est ensemble qu’ils s’initient au yachting. Ils se distinguent dans chacun de ces domaines, remportant, par exemple, de très nombreuses régates sur les voiliers conçus par Gustave.

En peinture ou en photographie, ce sont ces centres d’intérêt communs que les frères Caillebotte représentent, restituant ainsi les multiples facettes de leur environnement. Par petites touches, ils évoquent la douceur de vivre qui caractérise leur quotidien foisonnant, entre le nouveau Paris haussmannien et les loisirs en famille.

Résidant dans les nouveaux quartiers conçus par le baron Haussmann, Gustave et Martial sont les témoins privilégiés des transformations urbaines que connaît Paris à cette époque. Ils sont fascinés par les symboles de la modernité que sont les ponts ou les chemins de fer et l’animation des rues parisiennes est un de leurs sujets de prédilection. Ils éprouvent également un vif intérêt pour les activités de plein air. Si l’art des jardins retient leur attention, ces passionnés de navigation se plaisent tout particulièrement à représenter voiliers, canotiers et baigneurs.

Mais ils portent aussi un regard tendre et parfois amusé sur leurs proches, dont ils représentent les tranquilles occupations familiales dans un cadre de vie intime. Déjeuners et parties de cartes, promenades et lectures rythment les journées et sont autant de thèmes que les deux frères affectionnent.

Le commissariat de l'exposition est assuré par Nicolas Sainte Fare Garnot et Serge Lemoine. La scénographie de l'exposition est réalisée par Hubert Le Gall.

Nicolas Sainte Fare Garnot, historien de l’art spécialiste de la peinture française, est le conservateur du Musée Jacquemart-André depuis 1993. Depuis sa nomination au Musée Jacquemart-André, il a réorganisé la distribution des collections selon le programme d’origine et a lancé des campagnes de restaurations et d’inventaires. Avec Culturespaces, il contribue à créer une nouvelle dynamique au sein du Musée en apportant son concours scientifique aux expositions temporaires organisées deux fois par an.

Serge Lemoine a enseigné successivement à la faculté des sciences humaines de Dijon, à l'Université Paris IV-Sorbonne et à l'École du Louvre, où il crée la chaire d'Art du XXe siècle. Nommé directeur du Musée de Grenoble en 1986, il est, de 2001 à 2008, président du Musée d’Orsay. Il a été commissaire d’expositions aussi prestigieuses que Aux origines de l'abstraction (1800-1914) (Musée d’Orsay, 2003), Le Néo-impressionnisme, de Seurat à Paul Klee (Musée d’Orsay, 2005), Vienne 1900 (Galeries nationales du Grand Palais, 2005) ou Maurice Denis (Musée d’Orsay, 2006).

Pour faire dialoguer les tableaux de Gustave et les photographies de Martial Caillebotte, Hubert Le Gall a conçu une scénographie originale et moderne. Hubert Le Gall est un designer français, créateur et sculpteur d'art contemporain, né en 1961. Son œuvre fait l’objet de nombreuses expositions à travers l’Europe. Depuis 2000, il réalise des scénographies originales pour des expositions.

Découvrez le parcours de l’exposition "Dans l'intimité des frères Caillebotte".



Vidéo Exposition Caillebotte






arts plastiques contemporains
homme invisible
Galerie d'art contemporain
Peintures, sculptures et objets d'art