Contact
Email
Partenariat
Annuaire gratuit Référencement
Vente en ligne
Achat tableaux peintures
Découverte
Expositions Médias Bio
Voyager
Série Afrique
Série Paysage
Frémir
Jack the Ripper
Roswell
Rire
Ali Baba
Vache folle
Techniques
Aquarelles
Encres
Mythes
Vénus
Saint georges
Séries
Restaurants
Rats
peinture

Honoré Daumier

Biographie Honoré Daumier




Honoré Daumier biographie
Portrait d'Honoré Daumier par Nadar

Le peintre, sculpteur, lithographe français Honoré Daumier naît à Marseille le 26 février 1808, de Cécile-Catherine Philip et de Jean-Baptiste Daumier, vitrier. Honoré Daumier est l'un des caricaturistes les plus mordants de tous les temps. Il décède à Valmondois en février 1879.

Les ambitions littéraires du père déterminent l'installation de toute la famille à Paris, en 1816.

Honoré Daumier, est embauché en 1820 dans le cabinet d'un huissier pour un emploi temporaire de "saute-ruisseau", soit l'équivalent du garçon de courses. Le souvenir de ce Petit Clerc, coiffé d'un chapeau haut-de-forme, sera évoqué plus tard par Daumier dans sa première lithographie de la série des Types Français (1835-1836). Sans esquisser un autoportrait, il semble vouloir symboliser son entrée dans la vie active, quelque peu apparentée à une introduction dans le grand théâtre de la vie.

Daumier fait ses débuts dans la presse, comme caricaturiste politique, au début de la Monarchie de Juillet. Ses premières planches sont publiées dans La Silhouette, hebdomadaire satirique illustré fondé en 1829, puis dans La Caricature et Le Charivari, deux journaux créés par Charles Philipon. D'abord marqué par l'influence de Charlet et de Raffet, Daumier commence à affirmer une écriture personnelle dans Un héros de juillet de même que dans la planche figurant Louis-Philippe en Gargantua qui lui valut un séjour de six mois de prison pour « offenses à la personne du roi ». Le motif de la poire, symbolisant Louis-Philippe, lui permet, avec la bénédiction de Philipon à qui l'on doit la création du motif, de poursuivre ses attaques contre le souverain. Cette opposition s'étend à l'entourage politique de Louis-Philippe dans la galerie des Célébrités de la caricature, une suite de portraits-charges des personnalités du juste milieu lancée par La Caricature en avril 1832. Daumier y affirme un style de plus en plus personnel. Le Ventre législatif, Ne vous y frottez pas et La Rue Transnonain, planches de dimensions supérieures aux autres, publiées dans l'Association mensuelle que Philipon avait créée en 1832 pour payer les amendes infligées au journal, mènent Daumier bien au-delà de la caricature. La Rue Transnonain n'est autre qu'un tableau d'histoire, « tableau qui, pour être peint en noir et sur une feuille de papier, n'en sera ni moins estimé ni moins durable » annonçait Philipon dans La Caricature. Cette page d'histoire sanglante, véritable allégorie réelle, préfigure le courant réaliste pictural.

Honoré Daumier
Honoré Daumier, "Sénard"

La loi sur la liberté de la presse du 29 août 1835 qui entraîne la disparition de nombreux journaux parmi lesquels La Caricature, contraint Daumier à abandonner la satire politique au profit de la caricature de moeurs. Le Charivari publie ses lithographies sous forme de séries comme Caricaturana qui décline les escroqueries de l'affairiste filou, Robert Macaire, et correspond, selon Baudelaire, à « l'inauguration décisive de la caricature de moeurs. » D'autres types de la société parisienne défilent sous les yeux des lecteurs du journal (Types parisiens, Moeurs conjugales, Émotions parisiennes) et les grandes séries des années 1840 telles que L'Histoire ancienne, parodies de l'Antiquité, Les Bas bleus qui ridiculisent les femmes écrivains, Les Bons bourgeois, les Locataires et propriétaires et Les Gens de justice, concentrent le meilleur du caricaturiste de moeurs de la Monarchie de Juillet. Alors que thèmes et motifs de prédilection apparaissent (transports en commun, intempéries, coin de rues, scènes nocturnes…), le style lithographique atteint sa maturité. D'un point de vue technique, de larges aplats d'encre noire rehaussés de griffures à la pointe ou à la pierre ponce émaillent les planches de cette période.

Les événements de 1848 redonnent à Daumier la liberté d'exprimer ses convictions républicaines dans la satire politique. Plusieurs planches de cette période parmi lesquelles Le Révérend Père Capucin Gorenflot et Le Dernier conseil des exministres représentant le retour de la République chez elle, retiennent l'attention de l'historien Jules Michelet qui compte parmi les admirateurs de l'artiste. A côté des portraits-charges de parlementaires (Les représentants représentés) qui font suite aux Célébrités du juste milieu, un nouveau personnage naît de l'imagination de Daumier : dans les lithographies précédant le coup d'état du 2 décembre 1851, Ratapoil incarne le type de l'agent de propagande bonapartiste.

L'avènement du Second Empire signe le retour à la caricature de moeurs. Entre les Actualités, les Croquis divers (parisiens, d'été, d'hiver, de chasse, musicaux, dramatiques, pris au théâtre, etc.) et les séries des années 1851-1865, c'est un véritable reportage lithographique de la vie quotidienne de l'époque qui naît sous le crayon de Daumier. On retrouve les thèmes et motifs mis en place sous la Monarchie de Juillet alors qu'un intérêt particulier pour le monde du spectacle apporte un contrepoint aux études de plein air, à Paris et dans la campagne des environs, qu'il continue de développer avec une virtuosité et une inventivité qui en font un précurseur des impressionnistes à part entière. Cette période est marquée par son renvoi du Charivari, entre 1860 et 1863, et sa collaboration passagère en 1862 au Boulevard, dirigé par Carjat. L'écriture lithographique, telle qu'elle apparaît dans les pièces de la courte suite A la brasserie, devient libre et franche, les aplats de noir griffés des années 1840 cèdent la place à l'expressivité du seul crayon lithographique.

Daumier Victor Hugo
Honoré Daumier, "Victor Hugo"

Après un régime autoritaire qui contrôle la presse, l'Empire libéral coïncide avec les dernières années de production de Daumier, pendant lesquelles il se livre à d'ultimes attaques politiques. Davantage tournées vers la situation internationale, ses lithographies de la série des Actualités de la fin des années 1860 mettent en scène une série de personnages allégoriques (Temps, Mort, Paix, Guerre, Diplomatie,…) qui, avec une économie de moyens saisissante, dénoncent les menaces extérieures et notamment la montée de la militarisation de la Prusse. La politique intérieure suscite des planches consacrées à la liberté de la presse et au droit de vote. L' « année terrible » voit la publication de planches dans lesquelles le recours à des symboles de plus en plus forts et à des allégories de plus en plus macabres laissent deviner l'étendue de l'amertume de l'artiste.

Honoré Daumier reste surtout célèbre dans les mémoires grâce à ses caricatures illustrant abondamment les pages des journaux satiriques du XIXe siècle. Dans son oeuvre, il fit le choix d'aborder des thèmes riches et variés, allant des attaques acerbes à l'encontre du pouvoir politique aux moqueries envers la bourgeoisie, ou, bien encore, en s'amusant des moeurs d'une société dans sa globalité. Grâce à son crayon incisif, à la vigueur dans l'exécution de ses dessins, il sut rapidement captiver l'attention d'un public large, en le sensibilisant à l'actualité, en le faisant simplement réfléchir sur des événements contemporains. Il fournit ainsi, pendant près de cinquante ans, une production foisonnante appréciée pour ses qualités esthétiques, constituant dans le même temps une documentation précieuse sur la société du XIXe siècle.

La vie, apparemment toute simple, d'Honoré Daumier s'effaça derrière une oeuvre qui accapara tout son temps et toute son énergie. L'artiste évoqua sa « charrette » quotidienne et perdit la vue à la tâche. Elle ne l'enrichit guère et Daumier connut des moments de grandes difficultés financières, tant au début qu'à la fin de sa vie. Raison pour laquelle il dut quitter le quai d'Anjou puis plus tard se retirer à Valmondois. Il eut toujours une tendresse pour les humbles, exprimée plus fortement dans ses peintures (La Blanchisseuse, Le Wagon de troisième classe) que dans ses lithographies.

La blanchisseuse Daumier
Honoré Daumier, "La blanchisseuse"

D'un naturel jovial, bon vivant, généreux, curieux de tout, capable d'indulgence et de malice mais tout autant de férocité devant la suffisance, la malhonnêteté et l'hypocrisie, Daumier fut l'homme des rencontres, des amitiés et des fidélités.

Il resta toute sa vie fidèle à son idéal républicain et à ses convictions, fondées sur la défense de la liberté de la presse, la lutte contre les injustices, la condamnation de l'égoïsme des nantis au pouvoir et de l'opportunisme (dont Thiers qu'il caricatura souvent fut l'incarnation honnie avec le plus de constance). Cette fidélité, la fougue de sa jeunesse, exprimée dans des charges et caricatures redoutables, sa joie d'homme mûr devant le retour d'une République ardemment désirée mais malheureusement éphémère, sa longue attente sous l'Empire, puis son ultime combat de vieil homme pour défendre un régime né de la guerre et fort menacé expliquent qu'il devint, peu après sa mort, légitimement et durablement, une véritable icône républicaine.



Expositions Honoré Daumier (sélection)




  • 2011 : Le peuple de Paris au XIXe siècle - Musée Carnavalet, Paris

  • 2011 : Daumier, Steinlen, Toulouse-Lautrec - La Vie au quotidien - Palais Lumière, Évian

  • 2010 : Dessins de presse de Louis-Philippe à nos jours - BnF, Paris

  • 2008 : Honoré Daumier, "Le crayon & la griffe" - Bibliothèque municipale de Lyon

    A l'occasion du bicentenaire de sa naissance, la Bibliothèque de Lyon rend hommage à Honoré Daumier, en présentant quelques oeuvres-clés de son activité. Un parcours par étapes retrace la vie de l'artiste, en mettant en exergue ses idées, ses cibles et ses sujets de prédilection.

  • Les portraits-charges

    L'objet du portrait-charge est de ridiculiser un personnage en accentuant ses défauts physiques ou en le mettant en scène pour dénoncer certaines de ses actions jugées peu honnêtes ou malhabiles. Tout l'art du caricaturiste réside alors dans la manière d'entretenir une ressemblance permettant au public d'identifier le modèle instantanément.

    Dans cette optique, Daumier réalise sur la demande de son employeur et compagnon de route, Charles Philipon, une série de bustes en terre crue peinte (1832-1835). Il se gausse des dirigeants de la Monarchie de Juillet dits le " Juste milieu ", selon l'expression du roi habilement détournée par les caricaturistes, mais aussi des amis et sympathisants du régime républicain. Le résultat offre une galerie vivante de visages traités rapidement par touches. Les 36 bustes originaux sont actuellement conservés au Musée d'Orsay à Paris. Ils ont été reproduits en bronze après 1927 et une de ces séries est conservée au Musée des Beaux-Arts de Lyon. Il est intéressant de comparer ces sculptures aux portraits lithographiés, réalisés juste après et parus dans le journal La Caricature.

    Le député Jean-Claude Fulchiron est ainsi saisi de profil dans l'estampe, mettant en relief les traits creusés de son visage. Le maire de Lyon, Gabriel Prunelle, présente une apparence ingrate dominée par la masse ovoïdale de sa chevelure. Quant à M.r Vieux-Niais, jeu de mots pour Viennet, académicien et homme politique, il revêt une allure inquiétante d'animal aux aguets dans la version lithographiée.

  • "Faire de l'opposition " : la politique, la censure

    Incarcéré en 1832 à cause d'une caricature contre Louis-Philippe, Daumier se représente en cellule dans le Souvenir de S.te Pélagie (1834). Dès sa sortie en janvier 1833, il rendosse son rôle critique vis-à-vis des dirigeants et sa volonté de " aire de l'opposition", comme affirmé dans une lettre écrite en prison. Le Ventre législatif (1834), un de ses chefs-d'oeuvre, reprend les caricatures des bustes des parlementaires qu'il place en hémicycle. C'est une pièce d'une grande finesse technique dans le rendu de l'espace, des effets de lumières et des nuances de gris. On pressent néanmoins la désillusion qui s'empare de lui dans l'émouvant C'était bien la peine de nous faire tuer !, commentaire amer des révolutionnaires tombés en 1830 pendant les "Trois Glorieuses", observant impuissants la remontée de la religion et la répression de la foule. D'autres lithographies magistrales en faveur de la liberté de la presse émaillent l'oeuvre de Daumier. Ah ! Tu veux te frotter à la presse !! montre Louis-Philippe écrasé entre les rouleaux d'une presse actionnée par un ouvrier imprimeur.

    Les caricatures de Daumier évoquent souvent des peintures anciennes et modernes, converties de façon originale à l'actualité. La Tentation, réalisée d'après David Teniers le Jeune, transforme saint Antoine en cochon (Louis-Philippe) et les diables tentateurs en ministres cornus du roi.

    Dans le contexte républicain de 1850 et d'une liberté à nouveau menacée, il reprend le tableau de David par un saisissant Renouvelé du serment des Horaces, où un trio de politiques composé de Berryer, de Montalembert et de Molé, fait acte solennel devant Thiers qui soutient des épées symbolisant les lois contre la presse.

  • Des Gens de justice

    Le corps judiciaire suscite un net l'intérêt et une critique âpre de la part des caricaturistes qui n'hésitent pas à se saisir à maintes reprises des magistrats, des avocats, des procureurs ou des juges dans leurs fonctions. À une époque où les plaidoiries des avocats occupent la une des journaux, Daumier ne déroge pas à la règle. En tant qu'habitué des salles d'audience, il propose une série consacrée aux Gens de justice rassemblant 38 lithographies publiées dans Le Charivari de 1845 à 1848. Vu leur contiguïté avec les milieux politiques, ces "gens de justice" ne manquaient pas à l'appel parmi les portraits-charges des Célébrités du juste milieu.

    En l'occurrence, le buste de Jean-Charles Persil, magistrat défenseur de la Monarchie de Juillet, considéré comme l'un des pires ennemis de la presse libre et républicaine, présente une image non idéalisée. Au-dessus des plis de la toge s'élève un long visage émacié aux yeux enfoncés. La version lithographiée (1833) le représente de profil et la légende se moque de son nom, désormais transformé en Père-Scie. Ce portrait peu flatteur est accompagné d'armoiries " parlantes ", dues au dessin de Charles Philipon, où se distinguent chaîne, lame de guillotine et tête coupée. Son nez effilé deviendra une scie redoutable dans d'autres caricatures de l'époque.

  • Visage(s) de l'ennemi - De la Monarchie de Juillet au Second Empire

    Dans Croquades faites à l'audience du 14 novembre (1832), le journaliste Charles Philipon se défend de l'accusation d'offense faite au roi. Illustre inventeur de la métamorphose de Louis-Philippe en poire, il tente d'expliquer comment un simple jeu de ressemblance peut conduire le visage de Louis-Philippe à la forme d'un fruit.

    Daumier confère une puissance expressive à ce motif dans Pot de vin (1834), où la poire épouse le corps entier du roi alors que la disposition du manteau rappelle l'ancienne iconographie de la Vierge de Miséricorde, qui protège saints, fidèles et pénitents. Les protégés sont ici les politiques, les juges et surtout les responsables du massacre de la rue Transnonain, bavure policière du 14 avril 1834.

    Les nombreux ennemis de la République et de la liberté d'expression deviennent des cibles privilégiées du caricaturiste.

    Les Idylles parlementaires (1850-1851), série à succès qui joue sur la parodie de l'art du XVIIIe siècle, met en scène, entre autres, Berryer, Thiers et Molé. À l'intérieur de cadres en style rocaille, ils sont représentés tels des amours et des divinités mythologiques, aux silhouettes gauches et ridicules.

    Loin de se restreindre au reportage de faits réels, l'artiste sonde l'esprit de son temps en inventant des personnages emblématiques tel Ratapoil, agent de propagande de Louis-Napoléon Bonaparte à la silhouette nerveuse. Un jour de revue le révèle à la tête d'hommes exaltés acclamant l'Empereur, avant le coup d'État du 2 décembre 1851 marquant la naissance du Second Empire.

  • Une jeune héroïne : la République

    Daumier recourt souvent aux symboles républicains. Il s'agit d'un patrimoine de valeurs revendiqué par les nouveaux révolutionnaires, mais parfois récupéré par les conservateurs, partisans à la fois d'une monarchie bourgeoise ou d'un empire libéral. Le combat de l'artiste se tourne alors vers la sauvegarde et le respect de ces symboles propres à la République.

    Dans Les Sangsues, lithographie à la plume, la France est représentée vaincue, enchaînée sur un îlot subissant l'assaut de sangsues habillées en hommes. L'allégorie intervient pour dénoncer les abus de la classe politique corrompue, profiteuse des qualités nourricières de la nation.

    Il s'avère plus difficile d'illustrer le suffrage universel, conquête républicaine de 1848 déjà menacée et objet de restrictions en 1850. L'artiste imagine un géant représentant le corps électoral, passé à plus de neuf millions depuis l'intégration du corps ouvrier, attaqué par une multitude de minuscules députés descendant du palais de l'Assemblée.

    Avec son ardeur et ses convictions, Daumier contribue dès 1848 à l'élaboration d'une nouvelle allégorie de la France sous les traits d'une femme que l'on commence un peu partout à appeler Marianne. Dans Dernier conseil des ex ministres (1848), elle fait irruption pendant une réunion des hommes de Louis-Philippe. Coiffée du bonnet phrygien, emblème du peuple de Paris, la République reprend sa place légitime avec l'éclat d'une lumière particulière, non moins symbolique.

  • La caricature de moeurs

    En tant que dessinateur de la vie ordinaire, fin observateur de toute faiblesse humaine, de toute transformation ou dérive de la société, Honoré Daumier devient de plus en plus populaire. Depuis 1835, la censure l'oblige à se tourner vers les moeurs sociales, un domaine d'exploration infini.

    Dans un premier temps, il s'attaque à la bourgeoisie parisienne. C'est l'époque des grandes séries thématiques, où l'artiste égrène en 15 ans son enquête sociale et sarcastique. Il s'inspire directement des scènes de rue ou puise dans l'imagerie traditionnelle. Pour Doubles faces (1838), il réactive les planches satiriques de têtes présentant une double physionomie lorsque l'on fait pivoter la feuille. Daumier insiste sur l'effet comique du changement radical d'expression, comme dans L'insulte - Les excuses.

    Les bourgeois en quête d'autolégitimation frisent le grotesque, telle la forte femme face à son portrait qu'elle juge trop "réaliste" et s'écrit Dieu ! Quel nez vous me faites ! (1838).

    Quelques séries sont consacrées aux bourgeoises parisiennes insatisfaites de leur statut social. Pour une fois conformiste, Daumier tourne en dérision ces femmes socialistes, divorceuses ou encore écrivains (Les Bas-bleus, 1844), qui participent aux débats intellectuels et affichent leur désir d'émancipation.

  • Affaires de bourgeois

    Des problèmes de couple aux différends au sein de la cellule familiale, les relations peuvent prendre un aspect burlesque. La difficulté du dialogue entre générations est illustrée dans Oncle et neveu. Il faut semer pour recueillir, publié dans La Caricature provisoire en 1840, où un vieil oncle figure, agrippé au bras de son jeune neveu en train de bâiller. L'aspect bienveillant créé par le geste d'accompagnement perd alors toute crédibilité. L'observateur devine aisément le souci plus important de l'héritage qui anime le neveu. Sur le plan des loisirs, la bourgeoisie ne dément pas sa volonté d'adopter les modes de l'aristocratie.

    La chasse devient une occupation de plus en plus recherchée sous la Monarchie de Juillet. Daumier en profite pour se moquer des bourgeois citadins, chasseurs improvisés, immergés en milieu naturel. Complètement désemparés, dénués de toute capacité d'adaptation, ils vont d'échec en échec. Pour l'artiste, c'est aussi l'occasion d'expérimenter de nouveaux effets techniques dans la réalisation de paysages en ovale comportant des dégradés et des touches de lumières éparses, ou bien dans le rendu de la pluie obtenu grâce à l'exécution de fines rayures sur la pierre lithographique (La Chasse sur l'eau, 1843).

  • Robert Macaire, représentant d'une époque

    Caricaturana, la série de cent lithographies consacrée au personnage imaginaire de Robert Macaire, résume à elle seule l'analyse amère et désabusée de Daumier sur ses contemporains. Interprété pour la première fois en 1823 par l'acteur Frédérick Lemaître, dans le drame L'Auberge des Adrets de Benjamin Antier, Macaire désigne un affairiste profiteur de toute situation, dénué de tout sens moral.

    En lui donnant une image par voie de presse, Charles Philipon et Daumier, auteurs respectifs des légendes et des dessins, s'attachent à dénoncer la malhonnêteté de la société du XIXe siècle. Cette entreprise remporte immédiatement un grand succès auprès du public. Outre la publication ordinaire sur les pages du Charivari (1836-1838), l'imprimeur Aubert met en circulation les albums de la série complète des lithographies, ainsi que plusieurs éditions du livre Les Cent et Un Robert Macaire, avec des copies réduites des illustrations de Daumier.

    Messieurs et Dames ! - crie Macaire, interpellant la foule afin de lui vendre des actions aux gains improbables, dans une mise en scène assez pittoresque. Il apparaît très à l'aise, l'oeil bandé et revêtu à la manière du bohémien romantique, accompagné dans sa harangue de la grosse caisse du fidèle et dupe Bertrand. Dans les autres planches de la série, Macaire pratique au mieux son art d'escroquerie dans les métiers de la bourgeoisie arriviste : journaliste, notaire, médecin, avocat et même "schismatique", avec le propos farfelu de fonder une nouvelle religion.

    Dans C'est tout de même flatteur d'avoir fait tant d'élèves !, Macaire confie enfin à Bertrand son souci d'avoir créé trop d'émules et le risque conséquent d'une concurrence féroce !

  • Temps modernes : au secours !

    La critique de Daumier n'épargne pas non plus la modernisation de la société, caractérisée entre autres par l'introduction de nouveaux procédés mécaniques et industriels. Paris se métamorphose sous l'impulsion du baron Haussmann qui creuse de larges artères sillonnant la ville. L'artiste pointe l'urbanisation destructive et les inconvénients des nouveaux produits comme le macadam, revêtement en goudron qui remplace progressivement les pavés.

    La patience est la vertu des ânes, lithographie publiée en 1840 pour la série Proverbes et maximes, renvoie ironiquement aux débuts de la photographie avec l'invention du daguerréotype (1839), qui demandait de poser devant l'objectif pendant près d'une demi-heure. Cette nouvelle invention, objet d'engouement dans le cercle de la bourgeoisie, était largement utilisée par quiconque souhaitait immortaliser son portrait. Le Nouveau procédé employé pour obtenir des poses gracieuses (1856) consistait en un appuitête, permettant au modèle de conserver la même position durant tout le temps de pose, outil assimilé dans l'estampe à un véritable instrument de torture.

  • Les "agréments" des chemins de fer

    Le développement des transports en commun et des trains est un grand classique de Daumier. Entre salles d'attente, intérieurs de wagons et gares bondées, il traduit ces évolutions en estampes, en peintures et en dessins. Sa série de lithographies Les chemins de fer, parue en 1843, révèle encore quelques situations pittoresques, vingt ans après la première concession d'une ligne de chemin de fer en France reliant SaintÉtienne à Andrézieux, inaugurée en 1827. On y voit, entre autres, deux agents chargés de la signalisation des voies libres, condamnés à rester les bras levés dans l'attente du passage du train (Dites donc père Loustalot…).

    Ou bien encore, la constatation amère de la part des postillons d'un relais de poste à chevaux qui, à la vue du train circulant à grande vitesse, se désolent : " Et dire que maintenant, voilà tous les voyageurs qui nous passent devant le nez ! "

  • Daumier : un style pour l'illustration

    Outre ses lithographies publiées en pleine page, Daumier compose de nombreuses vignettes pour les pages du Charivari, dessinées sur des plaques en bois gravées par des artisans spécialistes de la xylographie. Sa verve expressive et sa popularité lui ouvrent les portes de l'édition illustrée avec cette technique du "bois debout", fondée sur l'emploi de plaques taillées perpendiculairement aux fibres du bois. Il participe seul à différents projets éditoriaux et collabore à des oeuvres collectives, comme Les Français peints par eux-mêmes (1841-1842). Pour Balzac, écrivain qui lui est naturellement associé dans la représentation de la "comédie humaine", il exécute le portrait du Père Goriot aux traits hargneux et inoubliables.

    En 1870, Daumier publie la lithographie Page d'histoire en l'honneur de la nouvelle parution des Châtiments de Victor Hugo, recueil de poèmes satiriques censuré sous Napoléon III. L'image, ici en gravure sur bois, représente le livre de l'écrivain en train d'écraser l'aigle impériale, dans un paysage dénudé au ciel déchiré par un puissant éclair. Le langage symbolique et sombre caractéristique de l'ouvrage d'Hugo est admirablement traduit ici par Daumier, qui conservera ce style jusque dans les dernières années de sa vie, pour dénoncer la crise politique et morale en France, ainsi que la menace prussienne.

  • L'Ivrogne : une énigme signée Daumier

    Cette lithographie dépourvue de titre paraît le 3 mars 1834 sur la troisième page du Charivari. Un homme debout présente les signes évidents d'un affrontement physique : oeil poché, lunettes suspendues à une oreille, vêtements déchirés et chapeau par terre. En arrière-plan, on voit un couple enlacé devant une maison avec enseigne et un autre homme mal identifié à droite. Cette image étrange et énigmatique, qui témoigne d'une querelle, ne semble pas correspondre au titre traditionnel de L'Ivrogne. L'absence d'indications pourrait faire penser à une intervention de la censure pour effacer des allusions politiques. C'est une pièce très rare, recherchée par les collectionneurs.



    Vidéo Honoré Daumier








    Liens Honoré Daumier




  • Les Amis de Daumier



  • montres molles
    peinture aquarelle
    Galerie d'art contemporain
    Peintures, sculptures et objets d'art