Biographies Artistes - Expositions - Galeries & Musées - Lexique

expo Mondrian
Mondrian Figuratif

John Constable

Biographie John Constable

John Constable, peintre britannique, naît le 11 juin 1776 à East Bergholt, dans le Suffolk, en Angleterre. Il décède le 31 mars 1837 à Hampstead, Londres.

"Le paysage est ma maîtresse" écrivait John Constable en 1812 à sa future épouse. La déclaration pose d'emblée la relation quasi passionnelle qui l'attacha toujours à la Nature et résonne avec le caractère intime qui émane de tous ses paysages. Dans l'histoire de l'art britannique, Constable compte parmi les géants au même titre que William Turner qui était sensiblement du même âge que lui. Il ne cesse cependant d'être opposé à ce dernier qui cultivait davantage la grandeur. Turner, le voyageur européen. Constable, le promeneur de la campagne anglaise. Le carriériste contre l'amateur.

John Constable
John Constable - Beach of Brighton with sailing boats (coal ships before Brighton)


John Constable naquit à East Bergholt dans un milieu enraciné dans les riches activités agricoles du Suffolk et un destin de meunier était tout tracé dans la suite de son père. Ce n'est qu'à vingt ans qu'il commença à s'intéresser à la peinture en autodidacte. Trois années s'écoulèrent avant qu'il n'envisageât plus sérieusement une carrière artistique et une formation en conséquence. Ainsi, entra-t-il à l'école de la Royal Academy seulement en 1799. Ses travaux y furent exposés pour la première fois en 1802 – l'année même où le jeune Turner était élu Académicien. L'Académie lui inculqua la vénération des grands maîtres, renforça sa connaissance de l'anatomie par l'étude du modèle vivant, mais ne pouvait complètement satisfaire les attentes du paysagiste qu'il était dans l'âme. Dans sa construction artistique, les quelques années qui suivirent furent peut-être plus décisives que ses années d'école. Après 1802, il commença à mettre à distance les enseignements théoriques qu'il avait reçus pour forger des convictions plus personnelles sur le rôle de la Nature, ainsi que pour expérimenter des techniques et une méthode de travail adéquate. Croquer sur le motif, bientôt peindre au grand air, allaient devenir un principe fondamental au cœur de toute son œuvre.

Parallèlement à ses recherches sur le paysage, John Constable se fit aussi portraitiste pour gagner sa vie. Il fut même embauché comme copiste par Wilbraham Tollemache, 6e comte de Dysart en 1807. Ses accointances avec cette illustre famille, l'amenèrent dans le Warwickshire à Malvern Hall, propriété de Henry Greswolde Lewis, pour faire des portraits. Mais ce séjour fut aussi l'occasion pour lui de travailler dans le parc alentour, comme en témoignent les nombreux croquis et esquisses à huile sur carton. La toile conservée par la Tate marque une étape décisive dans son évolution. Elle s'inscrit dans la tradition des « portraits » de grande demeure, mais elle contient aussi en germe des particularités qui feront l'originalité de John Constable dans les années à venir : le ciel dans la lumière du couchant traversé par une volée de corbeaux, les herbes sur la rive au premier plan esquissées à la hâte. La date du 1er aout 1809, inscrite sur le châssis d'origine, a fait dire que l'œuvre aurait pu être peintre en une seule journée. De ce fait, elle est souvent considérée comme sa première véritable toile de plein air.

Dans la vie de John Constable, l'année 1809 marque aussi le début d'une idylle avec la belle Mary Bicknell, contrariée par les ambitions d'une famille redoutant une mésalliance. L'union ne fut conclue qu'en 1816, lorsque le peintre, ayant hérité de la fortune de son père, se trouva en mesure de garantir à la jeune femme un train de vie acceptable. Sa vie d'homme marié, comblée par la naissance de sept enfants, correspond aussi dans son parcours d'artiste à de nouvelles ambitions, flagrantes dans le développement de son travail sur de plus grands formats, destinés à être plus visibles et à mieux en imposer dans les expositions. La méthode porta ses fruits en 1819, lorsqu'il fut enfin élu membre associé à la Royal Academy. Désormais en plus des petites études d'après nature qui lui servaient à composer ses toiles dans l'atelier, il réalisait aussi au préalable des esquisses en vraie grandeur qui lui permettait de garder plus vif l'idée du paysage dans sa globalité et de travailler avec lenteur sur la toile finale. C'est en suivant cette méthode qu'il réalisa par exemple entre 1820 et 1821 La Charrette de foin (Londres, National Gallery), un tableau particulièrement célèbre pour avoir été exposé au Salon à Paris en 1824 et pour avoir valu à son auteur, en plus d'une médaille d'or, l'admiration d'une nouvelle génération romantique. Les grands chefs d'œuvres se succédèrent : Vue sur la Stour (1822, San Marino, Huntington Library), Le Saut du Cheval (1825, Londres, Royal Academy of Arts), Le château de Hadleigh (1829,New Haven, Yale Center for British Art), les nombreuses variations autour de la Cathédrale de Salisbury... De tous, Le Champ de blé de 1826 (Londres, National Gallery) occupe une place particulière, car ce fut la première œuvre de John Constable à être entrée dans les collections nationales en 1837, par souscription, l'année même de sa mort.

En 1829, son élection tant attendue au rang d'académicien aurait pu lui donner des ailes nouvelles. Mais la perte de son épouse, l'année précédente, quelques mois seulement après la naissance de leur septième enfant, l'avait profondément affecté. L'artiste vécut dès lors dans un certain repli, donnant occasionnellement des conférences et se concentrant principalement sur la gravure de ses œuvres. Quelques années après sa mort, son ami Charles Leslie publia une biographie qui, tout en étant nourrie d'entretiens, de correspondances et de documents, contribua à forger du peintre une image, presque un mythe, dont on peine parfois à se départir.

Expositions John Constable (sélection)



Tous droits réservés Ludovic Moreeuw - Contact : contactsite1a@orange.fr - Art contemporain
cookies